Réglementation

RE2020 : Vers une future réglementation environnementale des logements neufs !

à

La RE2020 est le projet du gouvernement pour une nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs, qui viendra remplacer l’actuelle RT2012.

Critères, objectifs, nouveautés… Décryptage !

Qu’est ce-que la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) ?

La Réglementation Environnementale 2020 (RE2020), est la nouvelle réglementation qui remplacera l’actuelle Réglementation Thermique 2012 (RT2012).
D’abord appelée RT2020, elle se voit vite renommée RBR2020, pour Réglementation Bâtiment Responsable 2020, car elle va au-delà des simples critères thermiques.
Cette réglementation a pour but de respecter les engagements pris par le gouvernement dans sa loi Énergie Climat et plus généralement à l’occasion de la COP 21 qui s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 en France.
Pour ce faire, le gouvernement a décidé d’agir sur les émissions des bâtiments du secteur résidentiel et du tertiaire qui représentent “un quart des émissions nationales de gaz à effet de serre”.
Sont ajoutés des critères qui s’appliquent à toute la vie du bâtiment, comme la réduction des gaz à effet de serre, la gestion générale de l’énergie et l’usage de matériaux sains et biosourcés.

Les étés caniculaires de ces dernières années, ainsi que les problèmes de pollution et de qualité de l’air ont encore fait évoluer le projet, qui s’appelle aujourd’hui, Réglementation Environnementale 2020 (RE2020).
Prévue initialement pour une application au 1er janvier 2020, la crise sanitaire et les évolutions importantes du projet ont retardé sa mise en application.
La nouvelle réglementation est désormais prévue pour janvier 2022.
Les permis de construire déposés après l’été 2021 devront donc prendre en compte la nouvelle réglementation.

Les objectifs de la RE2020

Les objectifs de la future Réglementation Environnementale sont de :

  • Diminuer l’impact sur le climat des bâtiments neufs en prenant en compte l’ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, dès la construction.
    Cela permettra d’une part d’inciter à des modes constructifs qui émettent peu de gaz à effet de serre ou qui permettent d’en stocker tels que le recours aux matériaux biosourcés. D’autre part, la consommation de sources d’énergie décarbonée sera encouragée, notamment la chaleur renouvelable.
  • Poursuivre l’amélioration de la performance énergétique et la baisse des consommations des bâtiments neufs. La règlementation ira au-delà de l’exigence de la règlementation actuelle, en insistant en particulier sur la performance de l’isolation quel que soit le mode de chauffage installé, grâce au renforcement de l’indicateur « de besoin bioclimatique » (dit « Bbio »).
  • Garantir un logement adapté aux conditions climatiques futures en introduisant un objectif de confort en été. Les bâtiments devront mieux résister aux épisodes de canicule, qui seront plus fréquents et intenses du fait du changement climatique.

Les nouveautés apportées

  • Les logements individuels ne devront pas dépasser un plafond d’émission de dioxyde de carbone pour la consommation d’énergie, de 4 kilos de CO2 par mètre carré et par an.
  • La consommation de chauffage devra être inférieure à 12 kWhep/m²
  • La consommation totale d’énergie devra être inférieure à 100 kWh/m², soit deux fois moins que dans la RT2012.
  • Les logements neufs devront adopter un bilan énergétique passif. Cela signifie qu’une maison devra produire autant d’énergie qu’elle n’en consomme.
  • Les émissions de CO2 liées à la phase de construction du bâtiment devront être limitées, notamment en utilisant des matériaux bio-sourcés et renouvelables. Les laines minérales devront être remplacées par des matériaux plus vertueux comme le chanvre, le bois ou la ouate de cellulose.
Menu